La Thuringe, pays du tourisme

Des paysages d’une rare beauté, d’innombrables forteresses et châteaux, une diversité incomparable de témoignages culturels et architecturaux sans compter les formules de loisirs pour toute la famille, voilà ce qui caractérise cette terre de villégiature. Pratiquer la randonnée en Forêt de Thuringe ou dans la Montagne du Kyffhäuser en matinée, flâner dans les ruelles pittoresques d’une vieille ville ou se replonger dans l’ambiance somptueuse d’un château ancien l’après-midi ou encore terminer une visite de théâtre par les plaisirs de la table thuringienne – il n’en tient qu’au visiteur qui aura l’embarras du choix dans un pays où les attractions se côtoient au plus près. De son temps, Goethe avait déjà fait l’éloge de la Thuringe en ces termes : « Où en pays allemands pourrait-on trouver autant de bonnes choses sur un si petit espace ? ».
Que ce soit Erfurt, Weimar, Gotha ou Eisenach, les villes de Thuringe convient le visiteur dans un contexte d’histoire et de tradition, de culture et de loisirs, de classique et de moderne. Weimar rassemble les plus grands esprits de l’époque classique. Avec les demeures des princes poètes Goethe et Schiller, les splendides châteaux, parcs et villas, le berceau du Bauhaus fut désigné capitale européenne de la culture en 1999. Tout comme Weimar, le château de la Wartburg qui se vante d’être « la plus allemande de toutes les forteresses », figure lui aussi sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Autrefois, Luther y avait trouvé refuge sous le nom de « chevalier Georges » et y avait jeté les bases de la Réforme en assumant la première traduction de la bible en langue allemande. Et lorsque chaque année, le rideau de la plus ancienne scène baroque encore intacte, se lève pour un court moment à l’occasion du festival Ekhof, les amateurs de l’art scénique viennent des quatre coins de l’Allemagne pour rejoindre le majestueux château de Friedenstein.
 

Le hall de ski de fond d’Oberhof propose même en saison estivale des conditions d’entraînement optimales sur neige artificielle à l’élite allemande du biathlon ; de plus, le hall est également ouvert aux amateurs de sport d’hiver et aux fondeurs de loisirs.

Erfurt, actuelle capitale régionale, nous ramène loin jusqu’au Moyen-Âge. Des archéologues ont en effet retrouvé des témoignages de sa fondation datant de l’époque du royaume de Thuringe, soit au Vème et VIème siècle du Christ. Déclaré évêché en 742, Erfurt connut une grande prospérité grâce au commerce du pastel, tandis que les empereurs germaniques y tiennent plusieurs diètes et assemblées. La vieille ville au charme unique, des églises romanes et gothiques, de riches maisons patriciennes et l’imposante citadelle de Petersberg font de l’actuelle cité d’Erfurt un joyau parmi les villes allemandes. Tandis que Henri le Lion se soumet à l’empereur Frédéric Barberousse en 1181, Luther s’inscrit à l’Université d’Erfurt et devient moine augustin en 1505, le roi de Suède Gustave-Adolphe réside dans la ville pendant la guerre de trente ans et Goethe y rencontre Napoléon en 1808. Sur une colline dominant le reste de la ville s’élèvent la cathédrale et l’église Saint-Sever lesquelles chaque année, offrent un décor majestueux au traditionnel « Festival sur l’escalier de la cathédrale ». Quiconque s’est fait le plaisir de flâner sur le fameux Pont des Merciers bordé de ses maisonnettes bariolées à colombages ou de goûter le soleil printanier, attablé à l’un des nombreux cafés de rue de la vieille ville, aura appris à aimer cette ville avec son ambiance d’un rien méditerranéenne.

D’autres villes comme la cité universitaire d’Iéna ou des localités résidentielles comme Altenbourg, Meiningen et Rudolstadt sont elles aussi étroitement liées à la vie culturelle et spirituelle allemande. Les musiciens Bach, Telemann et Liszt, les peintres Cranach, Feininger et Kandinsky, les hommes de lettres Goethe, Schiller et Wieland ont œuvré en Thuringe, même Alfred Brehm, le « père de la zoologie », est un fils du pays. Aujourd’hui encore, cette richesse culturelle se reflète dans les nombreux musées et théâtres, festivals, marchés traditionnels et autres fêtes populaires.
 

Le monument du Kyffhäuser près de Bad Frankenhausen

A noter que le Thuringien n’est pas seulement un passionné de culture, mais aussi champion de la randonnée en Allemagne. D’après un sondage Emnid, 43 pour cent des Thuringiens passent régulièrement leur temps au contact de la nature, ce qui ne doit guère étonner quand on pense aux paysages idylliques du « cœur vert de l’Allemagne ». Ici, la nature est véritablement incontournable avec son alternance de montagnes à près de mille mètres d’altitude et de champs et prairies à perte de vue, entrecoupés de vastes surfaces boisées, de parcs naturels comme la Forêt de Thuringe et sillonnés par plus de 16.000 kilomètres de sentiers de randonnée balisés. Dans le parc naturel du Hainich, le sentier des cîmes (Baumkronenpfad) permet de faire des découvertes insolites dans un espace sinon inaccessible. Traversant toute la Forêt de Thuringe, la ligne de crête du « Rennsteig » est sans aucun doute le plus célèbre chemin de randonnée d’Allemagne. Les anciennes voies de pèlerinage longeant la « Via Reggia », ancienne route marchande européenne, ont elles aussi été remises en état sur le tronçon thuringien et balisés de la légendaire coquille St-Jacques. Déjà le poète Theodor Storm avait reconnu : « Celui qui n’a jamais visité l’Eichsfeld a raté beaucoup de choses ».
Ceux qui privilégient une activité sportive seront également servis : la Thuringe leur réserve diverses opportunités pour des vacances actives, qu’il s’agisse de la randonnée cycliste, la marche nordique, la randonnée nautique, l’équitation, les sports d’eau, le parapente et bien d’autres encore. En hiver, la Forêt de Thuringe est un véritable paradis pour le skieur, puisqu’elle compte 1800 kilomètres de sentiers pour le ski de randonnée et quelques 200 kilomètres de pistes de ski de fond. De plus, la Thuringe possède des équipements modernes tels que les jardins accrobranche à Steinach et Oberhof, des offres exceptionnelles comme un sautoir à skis pour chacun ou la pratique du bobsleigh comme les champions. Le téléphone de piste informe sur les conditions d’enneigement dans toutes les régions skiables de Thuringe

Le Grosser Inselsberg est considéré comme porte sur la Forêt de Thuringe et symbole visible de loin dans la région.

Bien entendu, la Thuringe se prête aussi à la simple relaxation. Quelques 20 stations thermales et villégiatures créent les conditions indispensables à un séjour mondain avec sensation de bien-être garantie. Une multitude d’agents thérapeutiques naturels comme les sources salées et sulfureuses, la boue, les minéraux sans oublier le climat bienfaiteur, ont fait de la Thuringe une terre du thermalisme. Grâce à des établissements de rééducation modernes, bains thermaux et parcs aquatiques, parcs de verdure, pistes cyclables et de randonnée, concerts en station thermale et autres, les cures thermales et villégiatures de Thuringe sont fin prêtes pour accueillir les voyageurs en quête de repos et de détente.
Pour toutes informations et prospectus sur la Thuringe du tourisme, les hébergements et formules de voyage individuelles, le calendrier des événements et billets d’entrée ainsi que les offres de dernière minute, prière de s’adresser au Service-Center Thüringen sous le numéro 0361-37420 ou consulter le site Web www.thueringen-tourismus.de.